INTRODUCTION

     L’éducation artistique fut au fil des siècles dispensée aux jeunes élèves, dans leur famille via un prescripteur, grâce à des cours particuliers, par la fréquentation d’écoles et de Conservatoires, ou par une pratique collective et traditionnelle au coeur de leur groupe social d’origine.

     Ainsi, selon les cultures et les périodes, les modalités de cet enseignement varient. Base de l’éducation citoyenne chez les grecs de l’antiquité, apanage des classes aristocratiques à la fin de l’époque médiévale, il s’est largement démocratisé au fil du XXème siècle.

     Depuis plusieurs décennies, les pratiques artistiques sont l’objet de dispositifs d’action culturelle, ont investi les cadres médicaux et carcéraux, ou s’inscrivent au sein des politiques sociales de la ville.

 

     A l’instar de nombreux pans de notre société, l’éducation artistique en général et l'enseignement musical en particulier, sont aujourd’hui confrontés à une mutation technologique exponentielle et sans précédent.

     Aussi, semble-t-il judicieux de s’interroger sur l’évolution des pratiques, pédagogies et techniques mises à la disposition des structures dispensant ce savoir.

     Dans un tel contexte, nous sommes en droit de questionner la pertinence de l’apparition d’une discipline telle que l’Informatique Musicale au sein des cursus de transmission classique des Conservatoires à Rayonnement Régional : 

     La modernisation technologique menace-t-elle la transmission du patrimoine artistique ? Quid du rapport du professeur à l’élève, de l’enseignant à l’enseigné et de l’effet-maître ? Dans ce contexte didactique en transition, l’Informatique Musicale est-elle à considérer comme un moyen ou comme une fin en soi ? 

 

     A travers ce travail de recherche, et afin de mener la réflexion plus avant, nous ne considérerons pas a priori les outils de l’Informatique Musicale comme une concurrence directe aux instruments traditionnels, qu’ils viseraient à supplanter. 

     Dans un premier temps, ils seront davantage présentés comme un complément permettant d’en faciliter l’apprentissage ou d’explorer des pistes pédagogiques jusqu’à présent restées à l’état embryonnaire, voire de les dépasser en les augmentant, dans un processus 

d’Aufhebung (1).

     Au sein du C.R.R. de La Réunion, les classes d’Informatique Musicale sont parmi les seules ne visant pas à former des instrumentistes interprètes, mais mettant en avant l’aspect créatif des élèves.

     Il est également nécessaire en préambule, de noter que l’Informatique Musicale est souvent associée, voire confondue dans l’imaginaire collectif, avec les Musiques Electroniques (2). Cette confusion entraîne parfois une réaction de rejet, en raison de la réputation sulfureuse de ces dernières. Il s’agit d’une erreur métonymique, qui réduit une discipline pédagogique à la terminologie fluctuante d’un courant 

musical aux multiples branches esthétiques en perpétuelle mutation. 

     Or, l'Informatique Musicale peut être utilisée en arrangement Jazz comme en musique expérimentale, en écriture Pop comme en composition Symphonique (telle la composition de Jeff Mills avec l'Orchestre de Montpellier (3)), voire en World Music dans un travail de percussion corporelle ou a cappella.

     Nous présenterons tout d’abord l'expérience de la pratique de l’Informatique Musicale dans le premier degré de l’Education Nationale. Après un rappel théorique des pré-requis et attendus en classes primaires, nous décrirons ses applications pratiques dans un contexte 

nécessitant la prise en compte du cadre particulier des premières années de scolarisation.

     Dans un second temps, nous aborderons la pratique de l’Informatique Musicale dans une classe de collège, au travers de l’expérience du nouveau dispositif d’action culturelle de la S.A.C.E.M. et du Ministère de l’Education Nationale : la « Fabrique Electro (4) », dont la première édition fut inaugurée en 2017.

     Enfin, après avoir observé l’évolution des attentes institutionnelles en matière d’enseignement artistique de la maternelle au lycée, nous aborderons l'expérience de l’Informatique Musicale dans un lycée professionnel, où un club d’Informatique Musicale a été créé.
 

     En outre, s’il semble pertinent de s’interroger sur les possibilités offertes par l’Informatique Musicale, il le paraît tout autant de présenter ses contraintes et limites. Une réflexion menée le long du parcours d’éducation artistique et culturelle (P.E.A.C.), visant à organiser la multiplicité des initiatives et opportunités qui entourent l’École et permettent d’enrichir son action, nous permettra d’aboutir aux enjeux de cette pratique dans le Conservatoire du XXIème siècle.

1https://fr.wikipedia.org/wiki/Aufhebung

2https://www.larousse.fr/encyclopedie/musdico/électronique/167433

3https://www.youtube.com/watch?v=3wPbNf1jhzM

4https://aide-aux-projets.sacem.fr/actualites/appels-a-candidature/participez-a-la-fabrique-electro